Sélectionner une page

La journée avait pourtant bien commencé. Je fêtais mon 36ieme anniversaire en famille. Durant tout le long de la journée, j’ai reçu de sympathiques messages par téléphone et sur les réseaux sociaux.

Je remercie très sincèrement tous ceux qui ont pensé à moi aujourd’hui.

Puis, la nouvelle est tombée.

Tard, en conduisant, je n’ai pas pu m’empêcher de monter le son quand j’ai entendu l’info. Le marathon Nices-Cannes est endeuillé. Un coureur français a fait une crise cardiaque ce matin dans l’épreuve de relais 2 X 21 km. Il avait 35 ans et venait de la région parisienne.

MARATHON-NICE-CANNES-2015-660x330

Cela me touche particulièrement, car ce marathon Nice-Cannes 2015, je voulais le faire :
1 – Il fait parti des 5 marathons majeurs Français avec Paris (déjà fait), La Rochelle, Le Mont Saint Michel & le Marathon du Médoc.
2 – Cette année, il tombait pile poil à ma date d’anniversaire.
3 – J’adore la côte d’azur (qui n’aime pas la côte d’azur ? ).

Mais, je ne l’ai pas inscrit à mon agenda pour diverses raisons.

Cela me touche encore plus, car la victime avait 35 ans et venait de la région parisienne. Comme moi. Cela me rappelle que tout peu arriver … On s’apprête à vivre un fête, une aventure … et cela ce termine en drame. La mort peut arriver à tout les coins de rue… et la elle est arrivée au km 20 pour ce pauvre semi-marathonien. Je ne le connais pas. Mais, il fait parti de la famille des coureurs.  J’adresse mes plus sincères condoléances à ce coureur de Maison-Alfort et à ses proches.

Même si c’est un accident, même si il y a des décès dans d’autres sports, même si ça arrive tous les jours, cet événement nous rappelle que la course à pied n’est pas une activité anodine. Dans mon autre passion que j’ai délaissé depuis, le poker, je ne pense pas qu’on puisse révéler de tels cas d’infarctus … Enfin, quoi que, je n’en sais rien. Après un mauvais coup, le cœur peut monter très haut aussi …

Dans les livres, on nous bassine avec les bienfait du running en nous disant qu’une pratique régulière de la course à pied réduit de 29% le risque de décès en cas d’hypertension en se basant sur des études. Mais, on oublie souvent aussi de nous dire que c’est une pratique très traumatisante pour notre petit cœur.

Les avis divergent sur la question :

  • D’un côté, vous pouvez lire que les marathoniens seniors ont plus de risque d’accident cardiaque que les sédentaires du même âge. Lors cette étude, après un marathon, le cœur de 30 % de sujet masculin se contracterait moins bien fait de la fatigue du muscle cardiaque.
  • De l’autre, on peut lire qu’avec un taux de mortalité de 1 sur 259.000 pendant les marathons ou les semi-marathons, et la présence des secours capables d’intervenir rapidement tout au long et à l’arrivée du parcours, on a plus de chances de survivre à un infarctus pendant un marathon que chez soi…

Quoi que l’on pense sur les risques cardiaques de courir un marathon, je ne peux que vous recommander de passer un test d’effort quand on débute. D’autant plus quand on envisage de participer pour la première fois à une compétition telle qu’un semi ou un marathon.  Le club des cardiologues conseille de faire un test d’effort à partir de 40 ans.  Et il faut ensuite le faire tous les deux ans.

Moi, j’ai préféré le faire avant car dans ma famille on a des prédisposition aux maladies cardio-vasculaires comme l’hypertension. Et puis, ce genre d’accident arrive à tout age. Fin Août, de l’autre côté de l’atlantique au marathon des deux rives un coureur de 19 ans a aussi été victime d’un arrêt cardiaque. Vaut mieux être prudent. Ce test permet de vous rassurer sur sa santé cardiovasculaire, détecter toute anomalie et aussi de vous informer sur vôtre niveau afin de mieux cibler vos entraînements. Mais certes, cet examen a un coût important, plus de 150 euros et n’est pas remboursé à 100%.

img-combi-450x346

J’ai fait mon test d’effort  il y a deux ans chez un cardiologue conseillé par un ami en décembre 2013.  Lors de cet examen, le muscle de mon cœur (myocarde) n’était pas en souffrance. Mais mon cardiologue a détecté des battements anormaux du cœur (Extrasystoles) isolés et d’allure begnine. Il m’a conseillé de faire un électrocardiogramme supplémentaire qui n’a rien relevé. Ce test d’effort a permis aussi de mesurer de manière précise ma vitesse maximale aérobie (VMA à 14 km/h à l’époque) , ma fréquence cardiaque maximum (FCMax à 176- oui c’est bas) et les plages de fréquence cardiaque pour cibler mes entraînements (fréquence endurance en dessous de 150, fréquences fractionnés long 152 à 164, et fréquences fractionné court plus de 168). Comme quoi, cet examen est très utile.

Sinon, petit conseil, demandez un test d’effort sur tapis roulant et non à vélo. C’est logique pour un coureur mais il faut vérifier quand on prend rendez vous.

J’ai sans cesse reporté la date de mon prochain test d’effort. Mais suite à cet événement, ma première action demain matin en arrivant au boulot sera d’appeler mon cardiologue pour prendre rendez vous. Et vous, vous avez déjà fait un test d’effort ?

 

Partager

Vous avez aimé cet article ? Partagez le à vos amis.